MYSTÈRE

Presque toutes les espèces présentes sur Terre ont connu une évolution, une modification de leur apparence par mutation mais aussi l’obligation de quitter leur habitacle, de changer d’environnement pour survivre. L’évolution puis la pérennité de l’espèce s’est faite grâce à une lente transformation, une adaptation. Une fois en sécurité dans leur mue toute neuve, s’étant approprié des habitats et habitudes séculaires, les espèces en question profitèrent de leur nouveau statut pour les siècles à venir. Seule exception : l’homme.

Non content d’être passé du primate à l’homme que l’on connaît, il lui a fallu explorer son habitacle : la Terre. Et ce, dans ses moindres recoins, dénombrer les espèces animales, minérales et végétales, creuser dans les mystères de son passé et en écrire l’histoire. Reculer les limites de la science et de la connaissance, quantifier, étudier, analyser pour comprendre, et par cela, contrôler son existence.

Puisse-t-il compter les grains de sable du désert à un grain près, il s’exécute, déterminer l’âge des arbres, des pierres…rien de plus simple.

Quelles sont les limites que l’homme n’a pas franchies ? L’univers ? Il est en train de s’en occuper en lançant ses joujoux de plus en plus sophistiqués.

Sur cette terre, la seule véritable limite que l’homme n’a pu encore franchir, le grand point d’interrogation universel, le plus grand mystère encore non  élucidé reste celui de la mort. Y a-t-il un après ? Que devient l’esprit, l’âme si tant est que celle-ci existe ? Est-ce que tout s’arrête, disparaît, se désagrège ?

Qui sommes-nous, d’où venons-nous, où allons-nous ? Une question qui est une véritable énigme.

Où allons-nous ? Mystère, comme un rideau baissé sur ce que nous sommes.

Ciel!
Eglise Saint-Germain l’Auxerrois, Paris, France

Un commentaire sur “MYSTÈRE

  1. la nature n’a que faire de la mort, elle se régénère sans cesse quoi que nous fassions car nous sommes poussière à son échelle
    l’observer c’est s’approcher du mystère
    la côtoyer, c’est entrer dans la confiance
    s’y fondre, c’est la laisser faire
    l’homme a oublié le principal: la nature est agissante…………

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s